Y-a-t-il des termes qui vous parlent profondément? Des valeurs qui sont vôtres ou que vous souhaitez faire partie intégrante de vos vies?

Certaines personnes respirent la sagesse, la loyauté, le courage, l’amour, la tendresse, la tolérance, la bienveillance et deviennent ainsi des sources d’inspirations pour ceux qui y sont sensibles. Lorsque l’on décide consciemment qu’une telle valeur nous est chère, cela ne veut pas dire que nous y sommes, que nous l’incarnons, n’est-ce pas? Qu’est-ce que cela peut avoir comme impact dans nos relations?

Se découvrir des Valeurs pour palier à nos blessures intimes

Pour exemple, j’ai développé un radar - bien qu’imparfait - pour les mensonges, les fourberies et les trahisons. Quelle valeur ai-je eu comme projet de faire fleurir? L’Authenticité.

Naturellement, cette notion me permet de répondre à ce que je vis comme une blessure, avec une forme-pensée telle que “On me prend pour un idiot” puisqu’on ne me dit pas la vérité. Je peux penser que je ne suis pas digne de confiance, capable d’intégrer cette vérité comme l’autre le souhaiterait. Mais cette vision est réductrice…

“Ne prend rien personnellement”

C’est prendre chaque paroles d’autrui de manière égo-centrée puisque l’autre peut être dans l’inconfort de nous dire sa vérité, retenu par ses propres blessures. La société joue un rôle prépondérant également avec la politesse, la bienséance et d’autres codes archaïques. Le problème des schémas anciens est bien souvent que nous n’en connaissons plus le Sens, et avons perdu de vue le but précis. Il est donc souvent préférable pour certains de détourner la réalité pour ne pas blesser et s’oublier un peu soi… Sauf qu’en plus de ne pas se respecter, c’est ne pas respecter l’autre que de lui inventer de fausses excuses.

Don Miguel Ruiz nous invite aux travers d’un de ces 4 accords Toltèques à ne rien prendre personnellement. Ce qui veut dire que si je suis celui à qui l’on ment, je ne prends pas ces paroles comme l’illusion d’une offense mais plutôt comme une souffrance du menteur. Idem et souvent plus dur à vivre si je me sens trahi. La meilleur des choses à faire n’est pas toujours de le confronter à son mensonge, car si cela est dirigé de manière malhabile et malveillante, il existe un risque d’envenimement fort plutôt que de résolution. Que puis-je faire alors?

Affirmer, s’exercer et vivre ses valeurs intérieures

Dans ce cas précis et comme souvent, une de solutions que j’ai trouvé la plus efficace, n’est pas de vouloir convaincre avec éloquence, mais de montrer l’exemple. Je souhaite la vérité et l’authenticité dans ma vie, alors je décide de l’expérimenter pleinement et sans détours à chaque instant. Quand je parle, pense ou agis, j’incarne cette authenticité. Il y a de fortes chances en étant parfaitement aligné ainsi sur mes valeurs, d’en tirer de grands profits, de me sentir bien et, je vous le garantie, ce bien-être sera contagieux! L’habitué aux mensonges qui vit dans ses tourments est susceptible d’y voir une porte de sortie à son mal-être. Sans même devoir lui dire ce qui est bien ou mal, de lui prouver que ce serait mieux pour lui, il aura l’opportunité de grandir parce qu’il a pu voir qu’un autre chemin est possible.

Revendiquer ses valeurs ne signifie pas les maîtriser

Il est clair que sur le chemin “d’incarnation” de ses propres valeurs, nous pouvons faillir. Par moment, nos démons nous rattrapent pour une multitude de raisons. Vous savez quoi? C’est aussi OK! Il suffit de se voir avec un peu de bienveillance et d’être lucide. “Tiens, cette fois-ci je n’ai pas pu vivre mon authenticité dans tel ou tel cas” Je revois le contexte, ce qui a pu déclencher un stress en moi.

Ce n’est finalement pas contre notre voeu d’authenticité, que de fléchir par moment alors que nous clamons cette valeur. Il y a un espace d’expérimentation et d’apprentissage entre le voeu et la maîtrise, mais il n’y aura jamais de maîtrise sans voeu.